11 décembre 2005

Je t'apostrophe aime!

Nathalie Shau, "Jenna love girls"     Mes yeux fouillent le corps de la nuit, Dans les yeux de la lune, j'ai vu ton nom, Une brume y était accrochée, Comme un vieux pardessus, Et je t'apostrophe aime...   C'est une rue claire, brillante comme une lame, Un marchand de primeurs, le goût d'un fruit, Le pain chaud du matin, quelques bruits, Du bonheur en passant que l'on glane, Et je t'apostrophe aime...   La sagesse tranquille de la Vltava, Ces tavernes... [Lire la suite]
Posté par oceanes à 04:25 - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 décembre 2005

Badplayer "goëland". Je suis seule ce soir Lasse comme les aventures. Je ne me répands pas, le temps me fuit; Avec lui, ma belle jeunesse reste à quai, Ma vie se fripe avec l'ennui. Je laisse aux journaux, les devantures.   Je suis dans une rue de Cologne, face à Magritte, Francfort me tend les bras ,et  j'écoute Mozart, Je suis seule ce soir, je cherche dans le noir; Juste une fée amie, un effet de miroir.   Je suis seule, glacée, aux restes de Léningrad, ... [Lire la suite]
Posté par oceanes à 23:04 - Commentaires [5] - Permalien [#]
06 décembre 2005

Cicatrices

Vlados Cicatrice à mon corps nu, D'incandescence et de rêves, De flots en tempête, de grèves; Mon âme à nue dévorée de sables.     Cicatrice à mon corps cru, Un monde s'y invente en silence, Elle est en moi et n'est pas mienne, Combien j'en mesure l'absence.   Rouges, mes ongles comme un baiser, Mauve, la splendeur suave des jours, Rose, votre peau sous l'émoi de l'amour, Rouges, mes ongles comme un brasier.   Cicatrice à mon coeur nu, Fragile comme... [Lire la suite]
Posté par oceanes à 20:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 décembre 2005

A confesse comme les copines

Salvadore Dali "La tentation de Saint-Antoine".     Mon père Noël, Sept choses que j'aimerais faire avant de mourir : Voyager dans tous les pays des six continents. Savoir dire bonjour et au revoir dans toutes les langues. Vivre sur un bateau. Jouer bien du piano. Publier un beau roman. Comprendre la physique quantique et la cosmologie. Mûrir sans vieillir.     Sept choses que je fais assez bien : Mitonner de bons petits plats qui pétillent en bouche. ... [Lire la suite]
Posté par oceanes à 08:30 - Commentaires [7] - Permalien [#]
27 novembre 2005

Vlados La Loire est un Yang Tse Kiang Jaune de son limon, noire comme sa colère... Elle charie ses bois, comme on porte un enfant.    * * *    Las, c'est le crépulscule, La gibecière des amours est vide ce soir, Que de temps à chercher dans le noir, Ses serres de velours, abîmes d'espoirs...     La gaité est comme le gin, Amère toujours,  festive d'abord, Aimer toujours, aimer encore, Reine d'un soir,  mère de toujours...   ... [Lire la suite]
Posté par oceanes à 17:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 novembre 2005

Insomnie.

    Nathalie Shau Les heures défilent, rondes, Je cherche sur mon corps, L'empreinte de tes lèvres, Je contemple tes rêves; De ton sommeil, le beau décor... Les heures défilent, rondes,     Dehors, les ponts sont arqués de soucis, Les néons de la ville, d'étranges nébuleuses, Ombres furtives dans le froid de l'hiver, Saurez-vous que je veille comme les amoureuses ? Fol espoir à mon front,  diadème diapré, fragile fanal : Le rouge pour ton sang, le bleu pour ma... [Lire la suite]
Posté par oceanes à 05:55 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

16 novembre 2005

Murmures d'amitié.

"In a spilt second" par Arlauny       Ma jumelle d'errance, ma frangine de fête, Quand la nuit s'étiolait toute seule, pour nous deux, De bars en boîtes, ivres, mais le coeur heureux, Pour l'obole d'un sourire et quelques pas de danses.     Sur les nerfs de la nuit quand l'une craquait un peu, C'était l'épaule de l'autre qui servait de mouchoir, C'était ta main encore, étreinte dans le noir, Lorsque, d'aventure, la nuit était une mauvaise pioche.   ... [Lire la suite]
Posté par oceanes à 21:56 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
15 novembre 2005

Demain, débute aujourd'hui.

Nathalie Shau     Un regard de peut-être, le regard de peu d'êtres, L'absence sonne d'une étrange présence, parfois. Demeurer l'amoureuse au delà de la vitre de givre, Sous le fard et sans tain, exangue d'au-revoirs... L'espérance diaphane, à en perdre la foi. Sans pudeur, mais froide comme une lame, Pouvoir trancher la gorge de l'amant éconduit. Un battement de cil,  une moue de regret, Soupirer, c'était hier.  Demain, débute aujourd'hui.   Sophie.
Posté par oceanes à 20:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 novembre 2005

Ma nostalgie.

Gilles Navet : Les rochers de Saint Guénolé. Voici que s'en revient le temps des journée brèves, Où moultes  nuées d'ombres se frottent à l'océan, Où le phare n'est plus qu' un naufrage d'Ô céant, Et que mon âme se livre à l'espoir d'une trève...   Je ne voulais de Vous qu'un ressac rugissant , Qu'un courant qui m'entraîne tout au fond de votre être, Je m'en voulais surtout de ne savoir renaître, Entre vos deux bras tendres, tendus et languissants...   Je dépose à vos pieds,... [Lire la suite]
Posté par oceanes à 17:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 novembre 2005

Espérances....

    Gilles Navet. La peau des mots, ce jour, Est froide comme la pierre, Et grise comme l'âme des gisants. Des larmes tombent dans mes veines, Et se gèlent en t'attendant.        Une stèle pour les amours mortes, Une pierre pour les espoirs déçus, Une tombe pour les amers perdus, Un kern qu'emportera, dans ses bras de peut-être, La lente marée des jours.      Regarde, mon espérance, notre banc qui déjà, Se recouvre de lierre comme un... [Lire la suite]
Posté par oceanes à 09:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]